Après la série de crises liées à Haïti l'année dernière - un assassinat présidentiel, un tremblement de terre, une urgence migratoire a la frontière entre Mexique et des États-Unis et une consolidation dramatique de la violence des gangs - les décideurs internationaux ont été confrontés à la possibilité qu'Haïti se trouve dans les premières étapes d'une crise humanitaire à grande échelle. La nouvelle détérioration de la politique haïtienne au cours des premiers mois de 2022 n'a fait que confirmer que le pays a franchi cette sombre étape.

Read in English

Des membres du gang du G9 protestent contre l'assassinat du président haïtien Jovenel Moise à Port-au-Prince. 26 juillet 2021. (Victor Moriyama/The New York Times)
Des membres du gang du G9 protestent contre l'assassinat du président haïtien Jovenel Moise à Port-au-Prince. 26 juillet 2021. (Victor Moriyama/The New York Times)

Les réponses humanitaires et économiques immédiates à la disposition de la communauté internationale et des ONG ne traiteront que marginalement les facteurs sous-jacents provoquant l'effondrement de la gouvernance en Haïti. Ce qu'il faut, c'est une feuille de route consensuelle pour les décideurs - tant en Haïti que parmi les principaux acteurs internationaux - qui réponde aux besoins d'Haïti à l'horizon.

Les défis d'Haïti s'inscrivent dans trois paniers, dont chacun serait intimidant en soi-même. Politiquement, le gouvernement est actuellement dirigé de manière extraconstitutionnelle avec un parlement qui ne fonctionne pas et pas plus que quelques institutions publiques viables. Ensuite, la sécurité des citoyens est quasi inexistante, la moitié du pays vivant sous le contrôle de gangs criminels avec liens politiques forts. Et enfin, la situation économique désastreuse laisse peu de marge d'erreur - par exemple, un enfant sur cinq des âgées de moins de cinq ans dans la commune pauvre de Cité Soleil dans la capitale de Port-au-Prince souffre de malnutrition aiguë.

Ces défis exercent une sorte de synergie négative les uns sur les autres. Peut-il y avoir un processus politique sans sécurité ? Qu'en est-il d'un rajeunissement économique durable sans normes institutionnelles crédibles pour arbitrer les ressources ? Néanmoins, parmi les nombreuses raisons de pessimisme en Haïti, il existe une voie étroite qui pourrait donner au pays les moyens d'avancer dans une direction plus positive. Mais par où commencer ?

Faciliter un dialogue national haïtien

Comme l'a dit Renata Segura de l'International Crisis Group : “Il semble peu probable qu'Haïti devienne un pays plus sûr s'il ne s'e traite pas d'abord la crise politique.” Bien qu'il y ait eu plusieurs nouveaux groupes avec des initiatives qui ont fait surface au cours des neuf derniers mois, deux propositions clés pour une réinitialisation politique se démarquent des autres : l'une du Président par intérim Ariel Henry pour diriger le pays jusqu'à ce qu'une élection puisse avoir lieu plus tard cette année ou au début de 2023, et un de l'Accord du Montana, une coalition d'organisations de la société civile et de partis politiques qui propose une transition de deux ans qui laisse au pays le temps d'organiser des élections.

Les réunions entre les deux parties en février n'ont pas porté leurs fruits, et l l'étreinte d'Henry d'une "commission de médiation" en mars a été rejetée par les membres de l'Accord du Montana. Le processus se trouve actuellement dans une impasse cordiale, bien qu'il y ait des signes récents d'un mouvement possible.

On peut dire qu'aucune de ces options ni les groupes qui les sous-tendent ne fournissent une représentation suffisamment large pour la société haïtienne, mais les deux apportent quelque chose d'essentiel à la table. La proposition d'Henry préserve ce qui reste de la structure de gouvernance du pays et l'Accord du Montana offre une portée plus large dans la société. À cet égard, le défi d'Haïti n'est pas inhabituel pour les pays en conflit ou post-conflit : comment mener le dialogue sociétal le plus large possible à un moment où la gouvernance nationale est en panne. Mais Haïti n'a jamais eu de véritable dialogue national, passant directement de la dictature aux élections dans les années 1990, avec peu d'élections ultérieures véritablement représentatives ou productives.

Une étude récente de l'USIP a révélé que même si les dialogues nationaux ne sont pas une panacée, un dialogue bien conçu et soutenu peut « faire partie d'un continuum plus large d'efforts locaux, infranationaux et nationaux qui se renforcent mutuellement » et « forger des accords et conduire vers la paix ». Mais l'étude a également révélé que "les dialogues sont beaucoup plus susceptibles d'engendrer des changements significatifs lorsqu'ils sont soutenus par une coalition crédible qui peut travailler à la mise en œuvre du dialogue par le biais de lois ou de politiques". L’appui combiné d'Henry et de l'Accord du Montana est-il suffisant pour générer un accord qui mène à un large soutien pour un dialogue national concluant?

Une réponse affirmative pourrait donner l'opportunité à des groupes haïtiens déjà bien positionnés de convoquer plusieurs milliers de délégués pour plusieurs semaines de réunions et de prises de décision. Il serait également utile d'avoir un groupe d'éminents hommes d'État qui pourraient ajouter du poids au rassemblement par leur présence et leur soutien, représentant des organisations et des pays désireux non seulement de s'engager dans le rassemblement, mais de voir ses résultats mis en œuvre.

Le soutien d'un processus de dialogue national par les principaux acteurs haïtiens permettrait également à la communauté internationale, travaillant respectueusement et patiemment avec tous les éléments de la société et de la politique haïtiennes, de fournir le soutien logistique et sécuritaire, le financement d'un secrétariat dirigé par des Haïtiens et conseil et de dépannage dans les coulisses nécessaires à une résolution fructueux de la crise politique.

La transparence serait nécessaire pour se prémunir contre les accusations d'accords clandestins et d'ingérence internationale. Le rassemblement exigerait également de la patience, avec jusqu'à trois semaines nécessaires pour régler à la fois les problèmes et la procédure, ainsi qu'un arrangement institutionnel pour d'autres rassemblements et un suivi.

Le produit le plus durable d'un tel événement serait un gouvernement intérimaire, habilité à gouverner tout en préparant le pays aux élections et à la possibilité de propositions de modifications constitutionnelles. Et bien que les propositions de structure de gouvernance provisoire de l'Accord du Montana et de la circonscription politique d'Henry ne s'alignent pas, elles existent au moins. Et, avec un peu d'imagination et de courage, ils peuvent émerger dans un pacte viable.

Une voie à suivre en matière de sécurité et de stabilité économique

Cependant, faciliter le consensus sur un gouvernement intérimaire peut être la partie la plus facile. Pour qu'un processus de dialogue viable et un pacte de gouvernance intérimaire durable émergent, la crise d'insécurité au niveau de la rue en Haïti et son impact économique et institutionnel désastreux doivent être traités en parallèle. Tout consensus politique national largement défini doit également inclure une voie réalisable en matière de sécurité et, en parallèle, un ensemble défini d'outils de régénération économique.

C'est là que la communauté internationale a un double rôle central pour s'assurer que les accords politiques intra-haïtiens qui sous-tendent une structure de gouvernement de transition sont respectés et pour garantir un pipeline de ressources ciblées sur une période de plusieurs années.

Compte tenu des antécédents de solutions précipitées par les acteurs internationaux au cours des trois dernières décennies, il vaut la peine de bien faire les choses cette fois et d'obtenir l'inclusion et l'adhésion complètes des Haïtiens plutôt que des solutions manipulées de l'extérieur. À cet égard, le cadre politique émergent des États-Unis pour Haïti, guidé par le Global Fragility Act, offre une stratégie pour un engagement plus réfléchi et à long terme avec une fenêtre de soutien pouvant durer jusqu'à une décennie.

Bien sûr, c'est plus facile à dire qu'à mettre en œuvre. Par exemple, une grande partie des problèmes de sécurité d'Haïti découlent de la force de gangs criminels bien connectés. Ces groupes auront plus de pouvoir que n'importe quelle force étatique dans un proche avenir, ils devront donc probablement être impliqués dans le processus politique. Ceci est plein de risques, comme le suggèrent les expériences au Salvador, en Somalie, en Afghanistan et ailleurs.

En fin de compte, la synergie négative entre la politique, la sécurité et l'économie est la plus évidente dans les endroits où le manque de prise de décision et d'autorité du gouvernement a suspendu tout développement économique et laissé la distribution de l'aide prise en otage par des gangs. Même le principal port d'Haïti n'a pas été épargné par ce problème. Sans trop renoncer à long terme, tout processus politique devra impliquer avec prudence les chefs de gangs - avec des paramètres clairs et prédéterminés.

L'aide humanitaire ne peut pas attendre

Même avec un dialogue politique réussi, compte tenu de la profondeur de la crise, rien ne peut remplacer une injection rapide d'aide humanitaire pour atténuer la faim et assurer la sécurité alimentaire. Cela doit être fait d'une manière qui renforce, plutôt que sape, le peu d'agriculture et de l’industrie alimentaire qu'Haïti possède actuellement. De même, Haïti a besoin d'un programme d'emploi à moyen terme axé sur la construction d'une infrastructure urbaine qui fournira des emplois manufacturiers, des projets côtiers orientés vers le tourisme futur et des emplois ruraux qui renforceront le potentiel agricole du pays avec des routes, l'irrigation et la conservation des sols.

Les États-Unis doivent être les premiers parmi leurs pairs dans toute coalition internationale relative à Haïti. Le modèle normal d'un rôle robuste de l'ONU n'est probablement pas sur la table, de sorte que l'ONU devra apporter ses ressources et son expertise dans le cadre d'une coalition plus large d'autres acteurs intéressés.

De telles coalitions ont déjà été faites et, avec la volonté de réussir, peuvent apporter ce qu'il faut pour aider Haïti à reprendre pied. Ancrés par le Global Fragility Act, les États-Unis peuvent augmenter considérablement l'injection de capitaux en Haïti une fois qu'un plan est mis en place (une somme qui ne sera encore qu'une fraction de ce qui a été fourni à l'Ukraine au cours des derniers mois). Mais ne vous y trompez pas, l'impasse actuelle entre les principaux acteurs d'Haïti, sans parler de l'ambivalence de Washington, n'est plus viable.

Peter Hakim est président émérite de l'Inter-American Dialogue.

Georges Fauriol est un associé principal au CSIS et membre auxiliaire du corps professoral de l'Université de Georgetown.

Enrique ter Horst a été représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Haïti de 1996 à 1998.

Related Publications

How to Break the Stalemate in Haiti

How to Break the Stalemate in Haiti

Thursday, June 9, 2022

By: Georges Fauriol;  Peter Hakim;  Enrique Ter Horst;  Keith Mines

Following last year’s streak of Haiti-related crises — a presidential assassination, earthquake, a migrant emergency at the Mexico-U.S. border and a dramatic consolidation of gang violence — international policymakers were left grappling with the possibility that Haiti was in the initial stages of a full-scale humanitarian crisis. The further deterioration of the Haitian polity in the early months of 2022 has only confirmed that the country has passed that grim milestone.

Type: Analysis and Commentary

Mediation, Negotiation & DialogueFragility & Resilience

Can A New U.S. Plan Finally Give Haiti the Long-Term Framework it Needs?

Can A New U.S. Plan Finally Give Haiti the Long-Term Framework it Needs?

Tuesday, April 5, 2022

By: Keith Mines;  Nicolas Devia-Valbuena

Haiti represents the very definition of fragility. The country’s socioeconomic indicators are dire, with stresses on a battered economy reeling from COVID now exacerbated by fuel price spikes following Russia’s invasion of Ukraine and last year’s earthquake and tropical storm. The country’s health care system is in shambles. Gang violence restricts economic activity and instills fear. At its core, the economic and security collapse reflects a deep crisis of politics, where a staggering void of governance prevails. Given Haiti’s intersecting crises, the State Department’s announcement last week that the country would be designated as a priority under the Global Fragility Act is both welcome and logical.

Type: Analysis and Commentary

Fragility & Resilience

A Plan for Haiti’s Growing Fragility: U.N. Action That’s Equal to the Challenge

A Plan for Haiti’s Growing Fragility: U.N. Action That’s Equal to the Challenge

Thursday, September 30, 2021

By: Nicolas Devia-Valbuena;  Keith Mines

When throngs of Haitian migrants rushed the U.S. border recently, it was only the latest manifestation of a society battered by trauma. In just the previous two months, Haiti had seen the murky assassination of its president, devastating floods and an earthquake that killed thousands and wiped out nearly 140,000 homes. As fragile states go, Haiti is in a league all its own. To avoid a repetition of the scene at the border — or one that’s worse throughout the hemisphere — it is time to consider a long-term, robust U.N. mission that matches the scale of the challenge with the size and persistence of the international response. 

Type: Analysis and Commentary

Fragility & Resilience

Dialogue: Calming Hot Spots Calls for Structure and Skill

Dialogue: Calming Hot Spots Calls for Structure and Skill

Thursday, May 1, 2014

By: Maria Jessop;  Alison Milofsky, Ph.D.

Dialogue has been around as long as humans faced with a crisis have gathered in circles to talk. It is one of the oldest forms of conflict resolution and is still, when well-conceived and executed, one of the most effective. But the familiarity of dialogue can lead to oversimplification or to the perception that it is easier to do successfully than is actually the case.

Type: Analysis and Commentary

Mediation, Negotiation & DialogueEducation & Training

View All Publications