Il existe peu de crises internationales où la tension entre l'aide internationale et les solutions locales est plus conflictuelle qu'en Haïti. L'incapacité à trouver un juste équilibre explique en grande partie l'incapacité à résoudre la crise au cours des deux longues années qui ont suivi l'assassinat du président haïtien. Le pays a une longue liste de besoins, y compris sur des questions urgentes et immédiates telles que la sécurité alimentaire, les soins de santé, la violence endémique des gangs et l'éducation. En fin de compte, Haïti a besoin d'une élection crédible et transparente pour réinitialiser son système politique. Mais le gouvernement de transition fonctionnel dont il a besoin est une chose qui peut être réalisée au mieux par un processus politique affirmé qui mélange l'aide extérieure avec des acteurs locaux indépendants, rassemblant toutes les parties prenantes clés sous la facilitation de la communauté internationale.

Read in English

Une marche en mémoire du président assassiné Jovenel Moïse à Trou-du-Nord, Haïti, le 16 juillet 2021. (Federico Rios/The New York Times)
Une marche en mémoire du président assassiné Jovenel Moïse à Trou-du-Nord, Haïti, le 16 juillet 2021. (Federico Rios/The New York Times)

À la recherche d'un modèle de processus

J'ai participé en 1994 à un processus politique en Somalie dirigé par le représentant spécial des Nations unies, Lansanas Kouyate, qui offre un bon modèle. La chute du dictateur somalien Mohamed Siad Barre en 1991 a entraîné une guerre civile entre une multitude de factions rivales. Les forces de maintien de la paix de l'ONU se sont retirées après la débâcle de Black Hawk Down en 1993, laissant les forces de Mohammed Farah Aidid au premier rang des affrontements claniques qui déstabilisaient le pays. Les compétences interpersonnelles de Kouyate et sa profonde compréhension de la dynamique des clans en Somalie étaient sans égales, et il a vu une opportunité après une flambée de combats à Kismayo. Il a convoqué les chefs de clan à Nairobi pour des négociations - d'abord 30, puis 40 et finalement environ 60 pour couvrir tous les intérêts et sous-factions.

Pendant deux semaines, Kouyate a écouté, cajolé et imploré - en groupes petits et grands, en paires et en trios, par clans et sous-clans. Il s'est montré respectueux, informé, patient, grégaire, dur et réaliste. Ce fut une performance magistrale de la diplomatie de la construction de la paix. Nous nous sommes rapprochés d'un accord, mais il n'était pas encore acquis. À un moment donné, des organisations de femmes de Mogadiscio ont fait savoir que si les chefs de clan espéraient reprendre des relations conjugales normales à leur retour, ils feraient mieux de se présenter avec un accord.

Un soir, nous avons demandé à l'hôtel d'informer les chefs de clan qu'ils devaient payer eux-mêmes leur note d'hôtel à partir du lendemain matin et qu'ils ne seraient plus les bienvenus au généreux buffet. Des casquettes sont venues étiqueter leurs sacs pour les renvoyer en Somalie. Ils pensaient nous prendre au mot. Mais un coup frappé à 2 heures du matin à la porte de Kouyate, qui dormait profondément, a finalement révélé qu'ils acceptaient que la partie fût finie.

S'agissait-il d'une "solution somalienne" ? Je l'ai découvert le lendemain lorsque j'ai essayé d'organiser la cérémonie de signature selon la symétrie occidentale classique, avec six chaises d'un côté et six de l'autre. Ils ont immédiatement réorganisé la salle avec neuf chaises d'un côté et trois de l'autre pour refléter leur véritable alignement, déchirant le programme et nous informant qui parlerait et dans quel ordre. C'était leur accord. Et cela a permis au pays de gagner plusieurs années de paix relative.

La Somalie peut sembler un exemple étrange, compte tenu des difficultés qu'elle a rencontrées pour consolider sa gouvernance au cours des années qui ont suivi. Mais elle a surmonté ces difficultés au fil du temps et s'est dotée d'un gouvernement fonctionnel, dont le président était à Washington la semaine dernière. Cet effort de médiation a été l'une des premières étapes du redressement du pays.

Les leçons du processus de 1994 en Somalie

Nous avons tiré plusieurs leçons qui pourraient être utiles à ceux qui veulent aider Haïti aujourd'hui.

Tout d'abord, le fait que des étrangers soient impliqués n'enlève rien à la validité d'un accord. Comme les clans somaliens avant l'intervention de Kouyaté, les Haïtiens tentent seuls de forger un accord de gouvernement depuis deux ans. Ils ont bénéficié d'une tiède médiation extérieure, mais pas au niveau requis. À quel moment la "solution haïtienne" a-t-elle fait son temps?

Deuxièmement, la formule pour parvenir à un accord n'est pas établie, mais pour y parvenir, il faudra un médiateur ou une équipe de médiateurs très compétents et dévoués, qui resteront dans le processus jusqu'à sa conclusion - et plus encore. Kouyate est resté en Somalie pendant une année entière après la signature de l'accord.

Troisièmement, il s'agit également de réunir le bon éventail d'acteurs locaux capables de conclure et d'appliquer un accord. Il peut s'agir de 1 700 personnes, comme lors de la première Loya Jirga afghane, ou de trois ou quatre personnes seulement, comme dans les Balkans ou dans le cadre du processus du quartet tunisien. Pour Haïti, ce nombre se situerait vraisemblablement entre 60 et 80.

Quatrièmement, le processus ne peut pas être simplement illimité. Kouyate a imposé un calendrier raisonnable et a été clair lorsqu'il n'y avait rien à gagner à poursuivre les négociations, puisque l'intransigeance et l'égoïsme étaient en cause. La crise haïtienne ne peut être résolue en un seul week- end, mais si le processus exige plus de deux semaines de discussions, la formule est probablement erronée. Haïti n'a ni tribus, ni clans, ni religions opposées. Elle compte de nombreux acteurs clés dont l'ambition est démesurée, et cette ambition ne peut être freinée que par un doux exercice de persuasion extérieure.

Cinquièmement, une force, généralement extérieure, est nécessaire pour faire respecter l'accord ou au moins assurer une sécurité de base. Une force de maintien de la paix de l'ONU a maintenu la paix en Somalie, comme elle l'a fait à plusieurs reprises en Haïti. À l'heure actuelle, la situation en Haïti est beaucoup plus compliquée, car l'accord nécessaire est un accord de gouvernement général entre des parties qui ne se battent pas, dans un pays envahi par des gangs qui se battent. Une modeste force de sécurité extérieure sera probablement nécessaire pour maintenir les gangs tranquilles pendant que le processus politique progresse et que les institutions gouvernementales se remettent en place.

Un point de départ

Un effort de médiation assertif mené par une personne ou une équipe hautement qualifiée et dotée d'une réelle gravité, avec le soutien d'un large éventail d'acteurs haïtiens, serait le point de départ. La réunion qui s'est tenue en juin à Kingston, en Jamaïque, sous les auspices du groupe des personnalités éminentes de la Communauté des Caraïbes, composé des anciens premiers ministres Kenny Anthony (Sainte-Lucie), Bruce Golding (Jamaïque) et Perry Christie (Bahamas), a peut- être fourni ce point de départ. Il a réuni une cinquantaine de notables haïtiens issus des partis politiques, du gouvernement actuel et de la société civile. Les rapports de la réunion ont été positifs, car le cadre respectueux a permis d'échanger des points de vue et d'instaurer la confiance.

Mais la réunion n'a pas rassemblé tous les partis et a laissé en suspens les questions les plus difficiles, à savoir la formulation de l'exécutif et le partage du pouvoir. En outre, des questions constitutionnelles liées directement à la tenue des élections se profilent à l'horizon.

Certains considèrent la réunion de la Jamaïque comme une mesure de confiance essentielle en vue d'un processus de longue haleine. À ce stade, il ne faut pas se précipiter - cela n'aboutirait qu'à un autre accord mal conçu. Mais la prochaine réunion, patiemment et soigneusement préparée à l'intérieur d'Haïti, pourrait être l'occasion de résoudre enfin les questions les plus épineuses.

Il devrait être possible de fusionner les divers efforts déployés à ce jour par le gouvernement intérimaire, le groupe de Montana et l'accord du 21 décembre en une seule architecture gouvernementale fonctionnelle que la communauté internationale pourrait pleinement approuver et soutenir. L'accord du 21 décembre prévoit notamment un arrangement spécial pour une législature intérimaire et des tables rondes publiques qui ne devraient pas être perdues en raison de la transparence et de l'inclusion qu'elles apporteraient.

Un gouvernement de transition fonctionnel est encore loin d'une élection, mais il fournirait au moins le cadre de base pour travailler sur les nombreuses questions de gouvernance et de sécurité qui seront nécessaires. Elles fourniraient également le point d'ancrage nécessaire à l'acheminement de l'aide humanitaire et permettraient d'enrayer la situation de quasi-famine à laquelle sont confrontés de nombreux Haïtiens.

Lorsque les États-Unis ont décrié la construction d'une nation à la suite des défis prévisibles en Irak et en Afghanistan, ils ont également jeté une série d'autres outils tels que la médiation assertive et le soutien aux forces de sécurité étrangères. Haïti serait un bon endroit pour restaurer ces outils.

Related Publications

Ce qu'un gouvernement de transition en Haïti aura besoin pour réussir

Ce qu'un gouvernement de transition en Haïti aura besoin pour réussir

Thursday, March 28, 2024

By: Nicolás Devia-Valbuena;  Keith Mines

Après des semaines de consultations, et au milieu d'une quasi-rupture totale de l'ordre et de la loi en Haïti, un effort dirigé par la Communauté caribéenne (CARICOM) pour créer un nouveau conseil de gouvernance de transition pourrait être sur le point d'être achevé. La mise en place du conseil permettrait l'entrée d'une force de sécurité multinationale qui pourrait ensuite se joindre à la police nationale haïtienne pour rétablir l'ordre. Certains ont suggéré l'inclusion de "facilitateurs" pour la nouvelle force de sécurité - soutien aérien, drones, renseignement. Mais pour gagner la confiance du peuple haïtien, le nouveau conseil de gouvernance aura besoin de ses propres "facilitateurs" populaires, d'un moyen systématique d'inclure de nombreux autres secteurs de la société haïtienne qui sont actuellement ignorés ou délibérément exclus de la gouvernance.

Type: Analysis

Global Policy

What a Transitional Government in Haiti will Require to Succeed

What a Transitional Government in Haiti will Require to Succeed

Thursday, March 28, 2024

By: Nicolás Devia-Valbuena;  Keith Mines

After weeks of consultations, and amidst a near total breakdown of law and order in Haiti, a Caribbean Community (CARICOM)-led effort to create a new transitional governing council may be nearing completion. The council’s establishment would allow for the entry of a multinational security force that would then be able to join with the Haitian National Police and restore order. Some have suggested the inclusion of “enablers” for the new security force — air support, drones, intelligence. But to gain the trust of the Haitian people, the new governing council will need its own popular “enablers,” a systematic way to include many more sectors of Haitian society that are currently ignored or deliberately excluded from governance.

Type: Analysis

Global Policy

The Latest @ USIP: How Civil Society is Addressing Haiti’s Crisis

The Latest @ USIP: How Civil Society is Addressing Haiti’s Crisis

Monday, March 25, 2024

By: Dr. Marie-Marcelle Deschamps

In the past few years, life in Haiti has been dominated by gangs’ growing control over huge swathes of the capital, Port-au-Prince. For Haitian families, this crisis has meant extreme violence, pervasive unemployment, lack of education for children and reduced access to health care. 2023 Women Building Peace Award finalist Dr. Marie-Marcelle Deschamps serves as the deputy executive director, the head of the women's health program and the manager of the clinical research unit of GHESKIO Centers in Port-au-Prince. She spoke to USIP about how her work helps women and their families, and what the global community can do to help Haitian civil society address this devastating humanitarian crisis.

Type: Blog

Conflict Analysis & PreventionGender

For Peace in Haiti, Let’s Build on the Success We’re Ignoring

For Peace in Haiti, Let’s Build on the Success We’re Ignoring

Thursday, March 21, 2024

By: Dr. Marie-Marcelle Deschamps;  USIP Staff

Haiti’s new eruption of violence threatens anarchy and famine for its 11 million people and endangers security in the entire region, yet “an old narrative that ‘Haiti is hopeless’” risks deterring U.S and international policymakers from any real effort to help, says Marie-Marcelle Deschamps, an internationally recognized Haitian doctor and humanitarian. “The world is hesitating, and thus isolating Haiti, but this ignores many successful ways that Haitians and international partners have built progress and peace together.”

Type: Question and Answer

Global Policy

View All Publications