Dans le meilleur des cas, les processus de dialogue national promettent d’apporter un élan décisif à la transformation inclusive du conflit. Ce rapport examine les dialogues dans six pays: la République Centrafricaine, le Kenya, le Liban, le Sénégal, la Tunisie et le Yémen. Ces divers processus montrent les possibilités de favoriser le dialogue, de forger des accords et de progresser vers la paix; et le rapport offre des conseils détaillés sur les possibilités et les aspects pratiques pour ceux qui envisagent d'organiser un dialogue national.

Des leaders religieux votent lors d’une conférence de presse tenue à Sanaa, au Yémen, le 26 septembre 2013, en réponse aux questions soulevées dans le cadre du dialogue national du Yémen. (Photo : Hani Mohammed/AP)
Des leaders religieux votent lors d’une conférence de presse tenue à Sanaa, au Yémen, le 26 septembre 2013, en réponse aux questions soulevées dans le cadre du dialogue national du Yémen. (Photo : Hani Mohammed/AP)

Résumé

La prolifération des dialogues nationaux au début des années 2010 a incité le United States Institute of Peace à explorer diverses expériences (en République centrafricaine, au Kenya, au Liban, au Sénégal, en Tunisie et au Yémen) afin de tirer de ces études de cas des enseignements pour les praticiens et les décideurs politiques, dans le but de concevoir des dialogues futurs plus efficaces pour la consolidation de la paix et qui feront le plus efficacement progresser la consolidation de la paix.

Un dialogue national peut être une approche utile sur la voie de la paix durable. Conformément aux principes fondamentaux de la consolidation de la paix, la forme et la structure de tout dialogue national doivent être adaptées au contexte spécifique. La tentation est grande de considérer les dialogues nationaux comme l’étape transformatrice d’un accord de paix. Les attentes sont élevées : parvenir à l’inclusion, élargir la participation, faire progresser la justice et résoudre les questions fondamentales d’identité, de forms de gouvernance, de priorités constitutionnelles et de réforme politique. Les dialogues nationaux ne sont cependant pas une panacée. Il est préférable de les concevoir comme faisant partie d’un continuum plus large d’efforts locaux, sous-nationaux et nationaux qui se renforcent mutuellement et favorisent le dialogue, la conclusion d’accords et la progression vers la paix.

Dans tous les dialogues nationaux, les decisions prises pendant la phase préparatoire donnent le ton du processus et affectent sa légitimité finale aux yeux des forces politiques et du public. Un mandate clair pour le dialogue, qu’il soit issu de manière formelle ou informelle d’un processus national ou international, peut contribuer à limiter les interférences et à maintenir la dynamique. La sélection d’un organisateur, qu’il s’agisse d’un individu, d’un groupe ou d’une organisation, affecte également la perception du dialogue par le public. Bien que les organisateurs nationaux puissant accroître l’appropriation et l’adhésion à un processus, il existe un risque de partialité, en particulier lorsque le dialogue est organisé par un dirigeant en exercice.

Les dialogues nationaux, avec des centaines de délégués et de nombreux ordres du jour présente la possibilité d’amener des groups traditionnellement sous-représentés à la table des discussions et de résoudre les problèmes liés aux facteurs de conflit dans un pays. En même temps, ces vastes processus peuvent s’enliser dans des désaccords ou des structures complexes, ou produire un nombre insoutenable de recommandations. Des dialogues plus restreints peuvent permettre des conversations plus approfondies, notamment autour de questions sensibles, mais peuvent renforcer les structures de pouvoir existantes.

Les dialogues ont beaucoup plus de chances d’engendrer des changements significatifs lorsqu’ils sont soutenus par une coalition crédible qui peut travailler à la mise en oeuvre du dialogue par le biais de lois ou de politiques. Il est également essentiel de disposer d’un plan de mise en oeuvre clair avant le début du dialogue afin de donner un élan stratégique au-delà de la conférence ou du rapport final. Les partenaires internationaux peuvent jouer un role important en maintenant l’attention et les ressources sur la mise en oeuvre. Dans les premières phases, l’engagement international doit être mesuré pour encourager une véritable appropriation nationale.

À Propos du Rapport

En réponse aux demandes de conseils et de soutien de la part des organisations internationales et des décideurs politiques des pays qui envisagent de mettre en place des dialogues nationaux, le United States Institute of Peace présente ce rapport qui examine six dialogues très différents en République centrafricaine, au Kenya, au Liban, au Sénégal, en Tunisie et au Yémen. Grâce aux études de cas, aux comparaisons des processus, aux explications des leçons apprises et aux séries de questions détaillées, il offre des conseils et des outils aux praticiens et aux décideurs politiques.

À Propos des Éditrices

Elizabeth Murray est chargée de programme senior au sein du programme Afrique de l’USIP, où elle gère la programmation dans la région de l’Afrique centrale. Susan Stigant est la directrice des programmes Afrique à l’USIP, où elle dirige la programmation dans la Grande Corne de l’Afrique, sur la mer Rouge et avec l’Union africaine et les partenaires régionaux.

Related Publications

As Security Returns, Central Africans Await the State

As Security Returns, Central Africans Await the State

Tuesday, March 29, 2022

By: John Lechner

In early February, five Central African friends and I hopped in a weathered Toyota pickup and retraced most of Route Nationale 3 (RN3), which runs through the Central African Republic’s (CAR) northwest from Baoro to the capital Bangui. Connecting Cameroon’s Douala and Bangui, the RN3 corridor accounts for 80 percent of internationally traded goods in CAR.

Type: Blog

Justice, Security & Rule of Law

Beyond Fake News: the Central African Republic’s Hate Speech Problem

Beyond Fake News: the Central African Republic’s Hate Speech Problem

Monday, August 16, 2021

By: Brianna Ferebee;  Rachel Sullivan

After a recent contested election, the Central African Republic finds itself in a precarious situation. Violence around the election combined with the socio-economic impacts of COVID-19 and destructive flooding have caused the humanitarian emergency to reach its worst state in five years. Meanwhile, the CAR government has been accused of engaging in Russian-backed disinformation campaigns targeting domestic civil society, French diplomats and the United Nations peacekeeping mission (MINUSCA), threatening key relationships. Even as the long-simmering issue of hate speech continues to draw fault lines through the country, efforts to combat these campaigns have focused primarily on challenging fake news rather than addressing the underlying fear and prejudice that spoilers use to stoke conflict. 

Type: Analysis and Commentary

Conflict Analysis & Prevention

Central African Republic’s Disputed Elections Exacerbate Rising Tensions

Central African Republic’s Disputed Elections Exacerbate Rising Tensions

Thursday, January 7, 2021

By: Elizabeth Murray;  Rachel Sullivan

After an election period marked by violence and rising tension, the Central African Republic’s (CAR) incumbent president, Faustin Archange Touadéra, has been re-elected, according to the country’s election commission. Days before the vote, a disparate medley of armed groups coalesced to demand the vote be postponed. Since the polls’ closing, there has been a serious spike in violence with fighting in many major towns. The political opposition as well as the newly formed armed coalition have rejected the results and have demanded a re-run election. USIP’s Elizabeth Murray and Rachel Sullivan explain what led to rising violence in the weeks before the polls, what it means for the floundering 2019 peace agreement, and where the international community stands.

Type: Analysis and Commentary

Electoral Violence

Central African Republic: A Role for Religious Leaders in Calming Conflict?

Central African Republic: A Role for Religious Leaders in Calming Conflict?

Tuesday, December 22, 2020

By: Laura Collins

Presidential and legislative elections loom large in the Central African Republic (CAR) amid high tension and spikes in violence. CAR’s religious leaders have been on the frontlines of efforts to calm tensions ahead of polls opening on December 27. From religious leaders in the capital to those at the grass roots, they have made their voices and positions clear. The question, therefore, is not if religious leaders are crucial actors in conflict stabilization and peace efforts in CAR: They already are. Rather, policymakers and practitioners should be unpacking these leaders’ experiences—past and present—and asking how to strengthen their role as peacebuilding partners in the immediate post-electoral context and longer-term.

Type: Analysis and Commentary

Mediation, Negotiation & DialogueReligion

View All Publications