Lire en français

A community here in Niger’s capital city is answering a security problem common across the Sahel. Nigeriens suffer violence by extremist organizations, drug smugglers, human traffickers—and the hazards of COVID. Yet Niger, one of the poorest countries in the world, has few financial resources to respond to this insecurity. So at little cost, a community here in Niamey has found ways to improve its own security in partnership with the local government. This has been critical to help the community improve safety despite COVID, floods and, most recently, the tensions of a national election.

Residents of Niamey watch a street play about shoplifting, part of a community effort to improve security arising from a USIP-guided Justice and Security Dialogue in one of the city’s poorest districts.
Residents of Niamey watch a street play about shoplifting, part of a community effort to improve security arising from a USIP-guided Justice and Security Dialogue in one of the city’s poorest districts.

The Start of Security: Dialogue

This partnership in the district of Niamey V has required all participants to rethink their roles. Traditionally, ordinary residents in my city of 1 million people have preferred to avoid engaging with police and gendarmes, whose traditional role has been as enforcers for the state rather than protectors of the community. The beginning of change has been dialogue in which residents of Niamey V and the security forces have built relationships and accountability to each other. Instead of seeing other groups as adversaries, people are treating them as partners in improving the security of their district and their country.

After years of building those relationships in Niamey V, the community last year took an unprecedented step. Residents and authorities joined hands to create a long-term plan to address their most urgent security concerns, and they advocated together with the local government to put their plan into action. In March 2020, the Niamey regional government agreed to provide 5 million FCFA (about $8,500) to help fund the community’s plan. To USIP’s knowledge, this is the first community security plan to win government funding in Niger.

USIP and its local partner organization—the Support Network for Local Initiatives (or RAIL by its French-language acronym)—began work in Niamey V in 2017. Then, “the population avoided the security forces—police, gendarmes and others. People did not cooperate with them,” said Amadou Mamadou Dembélé, a social activist and former policeman. But a process of problem-solving workshops and discussions, called a Justice and Security Dialogue (JSD), replaced mutual suspicion with understanding and cooperation, said Dembélé, who serves as the interim president of the committee in Niamey V that now guides the process. The dialogue gathers traditional chiefs, religious leaders, representatives of women’s and youth groups and market associations, plus local government and security officials. They discuss, and work together to address, security problems in the community. Over three years, this unprecedented engagement among the community, local government and security services has helped improve security in Niamey V.

Justice and Security from the Grass Roots

As the dialogues progressed, the participants found they needed a formal and institutionalized way to sustain the collaboration among the community, government officials, and security services. They borrowed a method from Niger’s national effort that is decentralizing governance. That effort includes a process by which localities create a “Communal Development Plan.” So the JSD participants decided to hold a similar consultative process to develop a local security plan.

For a year, people from all walks of life in Niamey V worked to shape the security plan. The participants established 22 grassroots security committees, with 660 active members in all—in 19 neighborhoods, two bus stations and one market across the district. Altogether, nearly 1,500 people took part in the meetings and other activities through which Niamey V decided on the priority security problems and the ways to address them in partnership with the local government and security services.

Participants presented the plan to the government’s chief administrator for the district, Zakari Garba Amadou, and persuaded him to adopt it as the commune’s official security strategy. Amadou then included the plan in his budget request to the regional governor of Niamey, Issaka Hassane Karanta. Karanta supported the plan, saying of the JSD process that “everyone should be doing this.”

The local authorities, security agencies and civil society must now implement Niamey V’s security plan. Several factors have slowed their progress—and the disbursement of the allocated government funds. These include the COVID pandemic, the severe floods of 2020 and the urgent need to help the victims, and the holding in December of national elections.

Security authorities noted that Niamey V was largely spared the riots and tensions between residents and security forces that arose elsewhere in Niamey when the city was locked down against COVID. Local police and gendarme officers met with traditional chiefs and community leaders to better inform people in advance of the planned curfew in marketplaces. Local authorities and leaders of the JSD committees explained the need for people to abide by the COVID-prevention measures.

As well, when severe flooding struck the district in September-October 2020, local participants organized a quick community response to evacuate and help residents. “The networks and relationships created by the dialogue had given the community the habit of organizing itself,” said Zakari Garba Amadou, the government-appointed administrator for Niamey V. Amadou said the community dialogue approach in Niamey V can improve security in localities nationwide, and can strengthen national policies.

In Niamey V, the Justice and Security Dialogue would be meaningless if it depended on permanent support from outside organizations such as USIP and RAIL. But it does not. The process is now energized and sustained by the hundreds of local residents who participate in it. The 22 neighborhood JSD committees have operated from the start with minimal outside support. They will continue to work, coordinated by the district level JSD committee and in partnership with the government and security forces. Once the outside organizations end their role, as they must, the local committees and an energized community will continue to advance their plan and improve security and justice in Niamey V.

Abdoul Aziz Abouzeidi Sanoussi is a USIP project officer in Niamey.

Dans ma ville du Sahel, les résidents militent pour l'amélioration de la justice et de la sécurité

Les habitants d’un arrondissement de Niamey luttent contre la criminalité et la violence.

Dans la capitale du Niger, la communauté répond à un problème de sécurité commun à tout le Sahel. Les Nigériens font face aux violences causées par les organisations extrémistes, les réseaux de trafic de drogue et stupéfiants, les réseaux de trafic d’êtres humains, en plus des conséquences de la COVID. Cependant, le Niger, qui est l’un des pays les plus pauvres au monde, dispose de peu de ressources financières pour faire face à ces différents foyers d’insécurité. C’est dans ce contexte qu’une communauté à Niamey a trouvé des moyens peu coûteux pour améliorer sa propre sécurité en partenariat avec les services de l’Etat. Cela a été essentiel pour l’aider à améliorer la sécurité malgré la COVID, les inondations et, plus récemment, les tensions d'une élection nationale.

Des habitants de Niamey regardent une pièce de théâtre sur le vol à l’étalage, dans le cadre d’un effort communautaire visant à améliorer la justice et la sécurité dans l’un des quartiers les plus pauvres de la ville.
Des habitants de Niamey regardent une pièce de théâtre sur le vol à l’étalage, dans le cadre d’un effort communautaire visant à améliorer la justice et la sécurité dans l’un des quartiers les plus pauvres de la ville.

Le début de la sécurité : le dialogue

Ce partenariat dans la commune de Niamey V a amené tous les participants à repenser leurs rôles dans la gestion de la sécurité. Traditionnellement, les résidents ordinaires de ma ville d'un million d'habitants ont préféré éviter de s'engager avec la police et les gendarmes, dont le rôle traditionnel a été de faire respecter l'État, les institutions publiques et exécuter les ordres des décideurs politique plutôt que de concerter, dialoguer et responsabiliser les communautés pour mieux les protéger. Le début du changement a été le dialogue dans lequel les habitants de Niamey V et les forces de sécurité ont construit des relations et une responsabilité mutuelle. Au lieu de considérer les autres groupes comme des adversaires, les gens les traitent comme des partenaires pour améliorer la sécurité de leur district et de leur pays.

Après des années de construction de ces relations à Niamey V, la communauté a franchi cette année un pas sans précédent. Les résidents et les autorités ont uni leurs efforts pour créer un plan à long terme pour répondre à leurs problèmes de sécurité les plus urgents, et ont plaidé avec le gouvernement local pour obtenir un financement de leurs actions. En mars 2020, le président de la délégation spéciale de la ville de Niamey a accepté de fournir 5 millions de FCFA (environ 8 500 dollars américains) pour aider à financer le plan de la communauté. À la connaissance de l’USIP, c’est le premier plan de sécurité communautaire financé par une autorité locale au Niger.

L'USIP et son organisation partenaire locale, le Réseau d’Appui aux Initiatives Locales (RAIL), ont commencé à travailler à Niamey V en 2017. Avant cette intervention, «La population fuyait les FDS [Forces de Défense et de Sécurité]—la police, la gendarmerie et l’autre La population ne collaborait pas avec eux», a déclaré Amadou Mamadou Dembélé, président d’une association des parents d’élèves de Niamey et ancien policier. Mais un processus d'ateliers et de discussions sur la résolution des problèmes, appelé « Dialogue sur la Justice et la Sécurité » (JSD, selon son abréviation en anglais), a remplacé la suspicion mutuelle par la compréhension et la coopération, a déclaré Dembélé, qui est actuellement le président par intérim du Cadre de Concertation pour le Dialogue sur la Justice et la Sécurité au sein de l’arrondissement communal de Niamey V qui guide désormais le processus. Le dialogue rassemble les chefs traditionnels, les chefs religieux, les représentants des groupes de femmes et de jeunes, les associations de commerçants, les représentants des autorités locales et les services de sécurité pour discuter des problèmes de sécurité dans leur communauté et travailler ensemble pour les résoudre. Le dialogue a été un engagement sans précédent entre la communauté, les autorités locales et les services de sécurité et, en trois ans, a contribué à améliorer la sécurité à Niamey V.

Justice et sécurité à la base

Au fur et à mesure que les dialogues progressaient, les participants ont constaté qu'ils avaient besoin d'un moyen formel et institutionnalisé pour soutenir la collaboration entre la communauté, les représentants du gouvernement et les services de sécurité. Ils ont adopté une méthode calquée sur les efforts nationaux du Niger en matière de décentralisation de la gouvernance. Cet effort comprend un processus selon lequel les communautés élaborent un Plan de Développement Communal. Les participants au JSD ont donc décidé de tenir un processus consultatif similaire pour élaborer un plan de sécurité local.

Pendant un an, des personnes de tous les horizons ont travaillé à l'élaborer ce plan de sécurité à Niamey V. Les participants ont créé 22 comités de sécurité de base, avec 660 membres actifs en tout, dans 19 quartiers, deux gares routières et un marché à travers la commune. Au total, près de 1 500 personnes ont pris part aux réunions et autres activités à travers lesquelles les communautés de Niamey V ont ciblé des problèmes de sécurité prioritaires et des moyens de les résoudre en partenariat avec les autorités locales et les services de sécurité.

Les participants ont présenté le plan au Délégué Spécial de l’arrondissement communal de Niamey V, Zakari Garba Amadou, qui a souhaité l’adopter comme stratégie officielle de sécurité de la commune. Amadou a ensuite inclus le plan dans sa demande de budget annuel. Le gouverneur de la région de Niamey, Issaka Hassane Karanta, a soutenu cette demande, déclarant à propos du processus JSD, « tout le monde devrait faire cela ».

Les autorités locales, les services de sécurité et la société civile sont maintenant chargés de mettre en œuvre le plan de sécurité locale pour Niamey V. Malheureusement plusieurs facteurs ont ralenti l’avancement des acteurs, ainsi que la remise réelle des fonds alloués par les autorités de la ville de Niamey : l’arrivée de l’épidémie de COVID à Niamey, les graves inondations de 2020 et l’urgence de la gestion des sinistrés, en plus de l’organisation des élections locales de décembre 2020.

Les responsables sécuritaires ont noté que Niamey V avait été relativement épargnée par les émeutes et tensions entre populations et forces de sécurité à la suite de l’instauration de mesures pour lutter contre la COVID. Les responsables locaux de la police et la gendarmerie lors de l’installation des mesures ont rencontré les chefs traditionnels et leaders communautaires, ont sensibilisé commerçants et population avant les heures du couvre-feu au niveau des marchés de la commune. Les autorités locales et les représentants du Cadre de Concertation JSD ont sensibilisé la population sur le respect des mesures de prévention de la COVID.

De même, lorsque de sévères inondations ont affecté la commune en septembre-octobre 2020, les acteurs locaux ont pu organiser une réponse communautaire rapide et efficace. « Les réseaux et les relations créés par les dialogues ont donné à la communauté l’habitude de s’organiser, » a déclaré Zakari Garba Amadou, Délégué Spécial de Niamey V. Amadou a conclu que l'approche du dialogue communautaire à Niamey V peut améliorer la sécurité dans les localités à travers le pays et peut renforcer les politiques nationales.

À Niamey V, ce projet de dialogue sur la justice et la sécurité n'aurait aucun sens s'il dépendait du soutien permanent d'organisations extérieures telles que l'USIP et le RAIL. Mais ce n'est pas le cas. Le processus est maintenant dynamisé et soutenu par les centaines de résidents locaux qui y participent. Les 22 comités JSD de quartier ont fonctionné depuis le début avec un soutien extérieur minimal. Ils continueront à travailler, coordonnés par le Cadre de Concertation JSD au niveau de la commune et en partenariat avec le gouvernement et les forces de sécurité. Une fois que les organisations extérieures auront, comme il se doit, fini de jouer leur rôle, les comités locaux et une communauté dynamique continueront de faire avancer leur plan et d'améliorer la sécurité et la justice à Niamey V.

Abdoul Aziz Abouzeidi Sanoussi est chargé de projet USIP à Niamey.

Related Publications

Despite Post-Election Violence, Niger Achieves Democratic Breakthrough

Despite Post-Election Violence, Niger Achieves Democratic Breakthrough

Friday, March 12, 2021

By: Nourdine Harouna Abdou

Niger’s presidential election has ushered in the West African nation’s first-ever democratic transition of power. As some international observers have heralded the success of these elections, accusations of irregularities have led to massive protests and government repression, including a 10-day internet shutdown. Hundreds of people have been arrested in the capital, Niamey, while police have clashed with protesters in several other cities. USIP’s Nourdine Harouna Abdou explains what happened in the first- and second-round votes and what the elections mean for peace and security in Niger.

Type: Analysis and Commentary

Democracy & Governance; Electoral Violence; Justice, Security & Rule of Law

Amid Sahel’s Crises, a Community in Niger Builds Peace

Amid Sahel’s Crises, a Community in Niger Builds Peace

Wednesday, January 13, 2021

By: Emily Cole; James Rupert

The 135 million people of Africa’s Sahel region work with thin resources as they labor to stabilize their countries against layers of crises—extremist violence, the COVID pandemic and natural disasters. But in one of the world’s poorest regions and countries, a community in Niger’s capital city has united to produce what can seem like a small miracle of self-reliance. With the simple tools of community meetings, cellphones and voluntarism, a network of residents worked with police services and officials to help contain COVID, prevent violence, reduce crime—and even save residents from a disastrous flood.

Type: Blog

Fragility & Resilience; Justice, Security & Rule of Law

In Niger, Foreign Security Interests Undermine Stability—What Can Be Done?

In Niger, Foreign Security Interests Undermine Stability—What Can Be Done?

Wednesday, November 4, 2020

By: Emily Cole; Allison Grossman

Over the past decade, the United States, France, and the European Unionhave drastically increased security assistance to countries in the Sahel region. They have done so to address two perceived transnational threats—violent extremism and mass migration to Europe—but have often neglected Sahel countries’ own interests and long-term stability. Nowhere is this more apparent than in Niger, the world’s poorest country.

Type: Analysis and Commentary

Justice, Security & Rule of Law

View All Publications