En octobre 2014, un soulèvement populaire massif a destitué le président de longue date du Burkina Faso, Blaise Compaoré, et conduit à une transition menée par des civils, laquelle a abouti à des élections libres et équitables en novembre 2015. Ce rapport illustre l’importance de la culture nationale du dialogue et du consensus et les avantages d’un vaste et solide réseau entre les groupes de négociation. Bien que la violence dans le pays ait augmenté depuis lors, les enseignements tirés de la transition au Burkina Faso peuvent être d’une aide précieuse pour guider les efforts de mobilisation populaire, les négociations et les perspectives de paix et de démocratie à long terme dans d’autres contextes.

This report is also available in English

Women take part in a rally in Ouagadougou, Burkina Faso, on October 27, 2014, opposing President Blaise Compaoré’s attempt to seek another term. (Theo Renaut/AP)
Des femmes participent à un rassemblement à Ouagadougou au Burkina Faso, le 27 octobre 2014, en opposition à la tentative du président Blaise Compaoré de briguer un nouveau mandat. (Theo Renaut/AP)

Résumé

  • En octobre 2014, un soulèvement populaire a contraint le président du Burkina Faso Blaise Compaoré à démissionner, après qu’il ait tenté d’abroger les limites constitutionnelles l’empêchant de briguer un cinquième mandat.
  • La mobilisation populaire a alors perduré, façonnant la transition qui a suivi et contribuant à la mise en œuvre de profondes réformes. Cette transition a été facilitée par une culture du dialogue et du consensus, de même que par l’existence d’un vaste et solide réseau entre les groupes en négociation.
  • À la lumière de tels événements, plusieurs recommandations peuvent être formulées. Tous les acteurs devraient encourager une culture du dialogue et aider à la construction de réseaux entre les parties prenantes, bien avant l’apparition d’une mobilisation populaire.
  • Une transition précipitée privilégiant l’organisation rapide d’élections peut être moins souhaitable qu’une transition plus longue et plus ambitieuse qui entendrait remédier aux défaillances profondes de l’ancien système.
  • Les acteurs internationaux devraient soutenir les priorités définies par les forces nationales et adopter une approche spécifique au contexte.
  • Les parties prenantes doivent anticiper l’émergence de saboteurs susceptibles de vouloir inverser le processus de transition, et élaborer des stratégies en conséquence.
  • Enfin, les mouvements doivent se préparer à et se prémunir contre l’inévitable perte d’élan qui suivra leurs premiers succès.

À propos du rapport

Ce rapport examine la manière dont, en 2014-2015, des processus d’action non-violente et de négociation ont favorisé une transition démocratique pacifique qui semblait peu probable au Burkina Faso. Le rapport s’appuie sur des recherches approfondies et des entretiens avec des personnalités clés de la transition, parmi lesquelles des dirigeants politiques et des militants de la société civile ; il a été financé par le projet « Pouvoir populaire, processus de paix et démocratisation », une initiative conjointe des programmes Action non violente et Processus de paix inclusifs du United States Institute of Peace.

À propos de l’autrice

Eloïse Bertrand est Early Career Fellow à l’Institut d’études avancées de l’université de Warwick, où elle a récemment obtenu son doctorat en politique et études internationales. Ses recherches portent sur les politiques partisanes, la démocratisation et les institutions en Afrique subsaharienne, en particulier au Burkina Faso et en Ouganda. Elle a co-écrit A Dictionary of African Politics, publié en 2019 par Oxford University Press.

Related Publications

Mobilization, Negotiation, and Transition in Burkina Faso

Mobilization, Negotiation, and Transition in Burkina Faso

Tuesday, March 2, 2021

By: Eloïse Bertrand

In October 2014, a massive popular uprising unseated Burkina Faso’s long-time president, Blaise Compaoré, and drove a civilian-led transition that culminated in free and fair elections in November 2015. This report shows the importance of the national culture of dialogue and consensus and the benefit of a vast, resilient network across negotiating groups. Although violence in the country has since increased, lessons from Burkina Faso’s transition can inform the dynamics of popular mobilization, negotiations, and prospects for long-term peace and democracy in other settings.

Type: Special Report

Nonviolent Action

Amid Rising Sahel Violence, Burkina Faso Builds a Response

Amid Rising Sahel Violence, Burkina Faso Builds a Response

Thursday, May 16, 2019

By: James Rupert

A perfect storm of violence is breaking upon Africa’s Sahel. Since late 2018, communal conflicts—many over access to food, water or productive land—have produced thousands of deadly attacks. Across the region, nearly 4,800 people died in conflicts from November to March, according to the violence-monitoring group ACLED. The greatest surge in bloodshed is in Burkina Faso, where communal militias or religious extremists killed 500 people over five months. But amid the dire headlines, governments and civic groups in Burkina Faso and other Sahel countries cite progress in stabilizing communities with a basic step that simply has seldom been undertaken: broad, local dialogues among community groups, police forces and officials. Community leaders and government officials say they are now expanding those dialogues to improve national security policies to help counter the tide of violence.

Type: Analysis and Commentary

Fragility & Resilience; Justice, Security & Rule of Law

View All Publications