Lire en français

The Casamance region of Senegal has been wracked by conflict since 1982, when an insurgency sought independence over social and cultural grievances with the Senegalese government. Nearly four decades later, the unresolved conflict has frayed the relationship between security forces and Casamance’s citizens, disintegrating the trust that once existed. But, this March, as the coronavirus was spreading around the globe, dialogues between youth leaders, security forces, civilian authorities, and other local stakeholders in the town of Goudomp helped to rebuild ties between security forces and the community and foster cooperation to combat COVID-19.

Justice and Security Dialogue participants in Casamance pose for a group photo after first session, March 5, 2020. (Pierre Ndecky/USIP)
Justice and Security Dialogue participants in Casamance pose after the first dialogue session, March 5, 2020. (Pierre Ndecky/USIP)

One of the World’s Longest Running Low-Level Conflicts

The U.S. Institute of Peace’s Justice and Security Dialogues (JSD) program convened this gathering to begin to set the foundation for a more stable, trusting relationship between security forces and citizens. The often-overlooked conflict between combatants of the Movement of Democratic Forces in Casamance (MFDC) and the Senegalese army is one of the longest running low-level conflicts in the world. In the nearly 40 years since the MFDC was founded, violence has claimed the lives of over 5,000 people and left another 60,000 displaced as homes, farms, and entire villages were destroyed.

The conflict has cooled in recent years after a tacit cease-fire in 2012 diminished the frequency of politically motivated attacks. Amid this lull in violence, Casamance has been left to sift through the damage. Youth unemployment remains high, and concerns over food scarcity are rising in the mostly agricultural region, as many farms remain inaccessible and environmental changes disrupt crop yields.

So, while attacks from the MFDC have decreased, Abbie Huff-Camara, who coordinates USIP’s JSDs in the region, said that “criminal acts and security threats have been increasingly fuelled by economic motivations, rather than being politically charged,” with citizens facing armed robbery, cattle theft, kidnapping, and arms and drug trafficking.

Meanwhile, strained relations between security forces and civilians have stifled local leaders’ ability to address these issues. With the trust between the government and citizens weakened, many communities have struggled to keep the peace despite efforts to stabilize the local economy.

“The focus has been more on economic development rather than peace,” said Huff-Camara. “But for many community members, there is a sense that the two should go hand in hand, and that in many ways, peace should take priority.”

A Pilot Program in Goudomp

The town of Goudomp, just miles from Senegal’s southern border with Guinea-Bissau, was one of many communities in Casamance struggling with these tensions between citizens and security forces. In 2019, building on a dialogue process launched in 2015 in Guediawaye, on the outskirts of Dakar, local leaders partnered with USIP and Dynamique de Paix en Casamance (DPC) to organize a pilot program for USIP’s Justice and Security Dialogues in the region.

The JSD program, which has been active in Senegal since 2015, has pioneered a method to bring state officials, community leaders, and citizens together to work out the roots of their problems and cooperatively rebuild security in countries in Africa, the Middle East, and Asia. "At this stage, the JSD is building trust between security forces and citizens with dialogues that will have an impact beyond security and touch the lives of community members in Goudomp at many levels,” said Baba Ndiaye, a USIP program officer overseeing the JSD in Casamance.

The vice president of the moto-taxi drivers association speak to JSD participants.
The vice president of the moto-taxi drivers association speak to JSD participants.

The first official dialogue in Casamance took place in early March 2020 and left participants feeling hopeful. “I was amazed at the representation at the first dialogue,” Goudomp Mayor Malang Vieux Cissé said in an interview with USIP. “Everyone sitting together …. Generally, we do not have that. For some people, it was the first time.” Souleymane Mané, the head of the Proximity Security Assistance Agency at the departmental level, offered a similar sentiment: “I didn’t have contact with key partners [in the community] before the dialogue.”

From that initial dialogue, community leaders and security forces committed to open communication with one another—rather than seeing one another as adversaries, the two groups pledge to work as partners to solve Goudomp’s communal issues.

Despite its informal nature—there are no official systems in place—just having communication channels in Goudomp has been revelatory for many involved. Sidy Sao, president of the local youth council, said that both he and many other young people “noticed a change … an increase in confidence” after sharing contact information with security actors. “Before the dialogue, I didn’t have any contact with people in positions of power,” said Sao.

Now, Sao says his relationship with security forces has improved to the point where “I notice more and more people are coming to me for information … Both the people of Goudomp and security forces are no longer afraid to approach one another.”

For Mayor Cissé, this easing of tensions is the first step toward peace: “There is something vital in their cooperation. It’s a way of saying ‘we are going to stay and live together.’” He believes it’s especially heartening to see people assisting security forces, as well. “Security forces serve the population, but the population is also supporting security forces.”

Local officials in Casamance, including Goudomp Mayor Malang Cissé (middle), host a radio town hall on the regional coronavirus response.
Local officials in Casamance host a radio town hall on the regional coronavirus response.

Collaborating on COVID-19

With the coronavirus pandemic now threatening the globe, Goudomp has leaned on this informal communication system to formulate a response—to overall positive results. “Although I cannot quantify the communication or the confidence that I am seeing in the community,” said Mayor Cissé, “I am proud with our response so far.”

The contact-sharing program allowed officials to cancel important cultural celebrations for public health reason without incident or tension. “Sometimes security forces have information that the population doesn’t have,” said Sao. “They should understand and communicate more with us to protect and guarantee our safety … and the dialogues have allowed us to do that.”

In the same vein, among other activities, USIP and DPC helped officials organize a roadshow to demonstrate the importance of security and hygiene measures for Goudomp’s citizens. They wore masks and used hand sanitizer gel, respected social distancing, and stayed in their vehicles, demonstrating to citizens that security forces and officials were following the orders as well.

Additionally, youth leaders such as Sao have begun assisting security forces at the entry and exits to the town. Upon entering Goudomp, cars are stopped, and passengers have their temperature taken and are asked to respect the public health rules put in place to stem the spread of coronavirus.

The response has paid off thus far. Despite confirmed infections in neighboring towns, Goudomp has managed to stave off any coronavirus cases.

Work Still to Be Done—Continuing the JSD

While successful, this newfound collaboration cannot prevent tensions from rising entirely. But even when they do arise, the informal communications channel has helped ease them with minimal conflict.

In early May, two people were beaten for violating Goudomp’s curfew—one of them a pregnant woman who was taken to the hospital. Initially, there was no indication of who the attackers were, but some suspected nonuniformed members of the local gendarmerie. “Young people approached me wanting to protest,” said Sao. “But I believed the best thing was to go to authorities and discuss with them.”

After meeting with Mayor Cissé and district prefects, both Sao and Cissé decided they did not have enough information and sought out local security forces, who offered to help investigate the attack. Eventually, a press briefing was organized to condemn this incident and insecurity in Goudomp. “Those steps we took, we were able to do that because of the dynamic established in the dialogue. Neither side reacted without information,” said Sao.

Mané has also noticed important changes. “More people are coming to me with information [on security matters]. This is very important because my job is to collect this intelligence … I’m thankful for the JSD process.”

While the planned follow-up to March’s dialogue has been delayed amid health concerns, USIP and DPC have been in consistent contact with participants, lending support and advising them on the coronavirus outbreak through WhatsApp and other virtual platforms. “Important steps remain in this process,” said Ndiaye, “but we’re seeing opportunities for a more secure community and to keep that impetus toward collaboration.” Those who were involved in the first dialogue have made clear they want them to continue, as well. “There is good communication, but no system in place,” said Mayor Cissé. “It’s been mentioned before, and it could be a good thing for USIP and DPC to support.”


En Casamance, le dialogue aide à lutter contre le coronavirus et à instaurer la confiance

Des décennies de conflit dans la région sénégalaise ont conduit à une détérioration des relations entre les forces de sécurité et les citoyens, mais cela change au bon moment.

La région naturelle de la Casamance au Sénégal est secouée par un conflit depuis 1982, lorsqu'une rébellion a cherché à obtenir l'indépendance sur fond de revendications sociales et culturelles avec le gouvernement sénégalais. Près de quatre décennies plus tard, le conflit non résolu a détérioré les relations entre les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et les citoyens de la Casamance, qui a créé une méfiance mutuelle. Mais au mois de mars, alors que le coronavirus se propageait dans le monde entier, les dialogues entre les leaders de la jeunesse, les forces de défense et de sécurité, les autorités civiles et d'autres acteurs locaux dans la commune de Goudomp ont permis de rétablir les liens entre les FDS et la communauté et de favoriser la coopération pour lutter contre le COVID-19.

Les participants au Dialogue sur la Justice et la Sécurité en Casamance posent pour une photo de groupe après la première session, le 5 mars 2020. (M. Pierre Ndecky/USIP)
Les participants au Dialogue sur la Justice et la Sécurité en Casamance posent pour une photo de groupe après la première session, le 5 mars 2020. (M. Pierre Ndecky/USIP)

L'un des plus longs conflits de basse intensité au monde

Le programme « Justice and Security Dialogues » (JSD) de l'Institut des États-Unis  pour la Paix (USIP) a organisé cette rencontre pour commencer à établir les bases d'une relation plus stable basée sur la confiance entre les forces de défense et sécurité et les citoyens. Le conflit souvent ‘négligé’ entre les combattants du Mouvement des Forces Démocratiques en Casamance (MFDC) et l'armée sénégalaise est l'un des plus anciens conflits de basse intensité au monde. Depuis la création du mouvement- MFDC, il y a près de 40 ans, les violences ont coûté la vie à plus de 5 000 personnes et a provoqué le déplacement de 60 000 autres, entrainant également la destruction d’habitations, de champs et de villages entiers.

Le conflit s'est calmé ces dernières années après qu'un cessez-le-feu tacite en 2012 ait réduit la fréquence des attaques à but politique. Au milieu de cette d’accalmie, la Casamance  passe en revue les dégâts. Le chômage des jeunes reste élevé, et les préoccupations concernant l’insuffisance alimentaire augmentent dans cette région essentiellement agricole, car de nombreux champs restent inaccessibles et les changements environnementaux perturbent le rendement des cultures.

Ainsi, alors que les attaques du MFDC ont diminué, Mme Abbie Huff-Camara, qui coordonne les JSD de l'USIP dans la région, a déclaré que « les actes criminels et les menaces sécuritaires ont été de plus en plus alimentés par des motivations économiques, plutôt que par des raisons politiques », les citoyens étant confrontés à des vols à main armée, des vols de bétail, des enlèvements et des trafics d'armes et de drogue.

Pendant ce temps, les relations ébréchées entre les forces de défense et de sécurité et les communautés ont entravé la capacité des leaders locaux à traiter ces problèmes. La confiance entre le gouvernement et les citoyens étant affaiblie, de nombreuses communautés ont lutté pour maintenir la paix malgré les efforts déployés pour stabiliser l'économie locale.

« L’accent a été mis sur le développement économique que sur la paix », a déclaré Mme Huff-Camara. « Mais pour de nombreux membres communautaires, il y a un sentiment que les deux devraient aller de pair, et qu'à bien des égards, la paix devrait être prioritaire ».

Un programme pilote à Goudomp

La commune de Goudomp, située à quelques kilomètres de la frontière sud du Sénégal avec la Guinée-Bissau, était l'une des nombreuses communautés de Casamance qui luttaient contre les tensions entre les citoyens et les forces de défense et de sécurité. En 2019, s'appuyant sur un processus de dialogue lancé en 2015 à Guédiawaye, dans la banlieue de Dakar, les leaders locaux se sont associés à l'USIP et à la Dynamique de Paix en Casamance (DPC) pour organiser un programme pilote pour les Dialogues sur la Justice et la Sécurité de l'USIP dans la zone.

Le programme JSD, qui est actif au Sénégal depuis 2015, a été le premier à mettre au point une méthode permettant de réunir les autorités étatiques, les leaders communautaires et les citoyens afin de trouver les origines de leurs problèmes et de reconstruire de manière collaborative la sécurité dans des pays d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie. « À ce stade, le JSD es en train de bâtir une confiance entre les forces de défense et de sécurité et les citoyens grâce à des dialogues qui, au-delà de la sécurité, impacteront la vie des membres de la communauté de Goudomp à plusieurs niveaux », a déclaré M. Baba Ndiaye, un chargé de programme de l’USIP qui supervise le JSD en Casamance.

Le premier dialogue officiel en Casamance a eu lieu au début du mois de mars 2020 et a laissé les participants pleins d'espoir. « J'ai été étonné de la représentativité lors du premier dialogue », a déclaré le maire de Goudomp, M. Malang Vieux Cissé, dans un entretien avec l'USIP. « Tout le monde était assis ensemble... En général, cela n’arrive pas. Pour certaines personnes, c'était la première fois ». M. Souleymane Mané, le Chef d’Unité de l'Agence d'Assistance à la Sécurité de Proximité (ASP) au niveau départemental, a exprimé un sentiment similaire : « Je n' avais pas de contact avec  certains acteurs  clés [dans la communauté] avant le dialogue. »

Dès ce premier dialogue, les leaders de la communauté et les forces défense et de sécurité se sont engagés à communiquer ouvertement entre eux - plutôt que de se considérer comme des adversaires, les deux groupes ont  promis de travailler en partenariat pour résoudre les problèmes sécuritaires de la commune de Goudomp.

Malgré sa nature informelle – aucun système officiel n'est en place – le simple fait de disposer de canaux de communication au sein de Goudomp a été révélateur pour de nombreuses personnes impliquées. M. Sidy Sao, président du conseil local de la jeunesse, a déclaré que lui et de nombreux autres jeunes « ont remarqué un changement... une amélioration de la confiance » après avoir partagé leurs coordonnées avec les responsables de la sécurité. « Avant le dialogue, je n'avais aucun contact avec les personnes en position de pouvoir », a déclaré M. Sao.

Maintenant, M. Sao dit que sa relation avec les forces de défense et de sécurité s'est améliorée au point que « je remarque que de plus en plus de gens viennent me voir pour avoir des informations... Les gens de Goudomp et les forces de défense et sécurité n'ont plus peur de s'approcher les uns des autres ».

Pour le Maire Cissé, l’apaisement des tensions est le premier pas vers la paix : « Il y a quelque chose d'essentiel dans leur coopération. C'est une façon de dire que nous allons rester et vivre ensemble ». Il estime qu'il est particulièrement encourageant de voir des personnes aider les forces de défense et sécurité. « Les forces de défense et sécurité servent la population, mais la population soutient également les forces de défense et sécurité. »

Collaborer sur le COVID-19

Avec la pandémie du coronavirus qui menace maintenant le monde entier, le Goudomp s'est appuyé sur ce système de communication informel pour formuler une réponse aux résultats globalement positifs. « Bien que je ne puisse pas quantifier la communication ou la confiance que je constate dans la communauté », a déclaré le maire Cissé, « je suis fier de notre réponse jusque-là ».

Le programme de partage des contacts a permis aux autorités d'annuler d'importantes célébrations culturelles pour des raisons de santé publique sans incident ni tension. « Parfois, les forces de défense et sécurité ont des informations que la population n'a pas », a déclaré M. Sao. « Ils devraient nous comprendre et communiquer davantage avec nous afin de nous protéger et de garantir notre sécurité ... et les dialogues nous ont permis de le réaliser ».

Dans la même perspective, entre autres activités, l'USIP et le DPC ont aidé des agents de la santé et de la sécurité à organiser une caravane pour démontrer l'importance des mesures de sécurité et d'hygiène pour les citoyens de Goudomp. Ils ont porté des masques et utilisé du gel désinfectant pour les mains, respecté la distanciation sociale et sont restés dans leurs véhicules, démontrant ainsi aux citoyens que les forces de défense et sécurité et les agents suivaient également les consignes.

En outre, les leaders de la jeunesse comme M. Sao ont commencé à aider les forces de défense et sécurité à l'entrée et à la sortie de la commune. À l'entrée de Goudomp, les voitures sont arrêtées et les passagers se font contrôler leur température et sont priés de respecter les règles de santé publique mises en place pour endiguer la propagation du coronavirus. La réponse a porté ses fruits jusqu'à présent. Malgré les infections confirmées dans les communes voisines, le Goudomp a réussi à éviter tout cas de coronavirus.

Le travail qu’il reste à faire – Poursuivre le JSD

Bien que réussie, cette toute nouvelle collaboration ne peut empêcher complétement la survenance de tensions. Mais même lorsqu'elles surviennent, le canal de communication informel a permis de les apaiser avec un minimum de conflits.

En début mai, deux personnes ont été battues pour avoir violé le couvre-feu de Goudomp – dont une femme enceinte qui a été emmenée à l'hôpital. Au début, il n'y avait aucune indication sur l'identité des agresseurs, mais certains suspectaient des membres de la gendarmerie locale en tenue civile. « Des jeunes  m'ont approché pour manifester, a déclaré M. Sao. « Mais j'ai pensé que le mieux était d'aller voir les autorités et de discuter avec ces dernières. »

Après avoir rencontré le Maire Cissé et le Préfet du département, M. Sao et Maire Cissé ont décidé qu'ils n'avaient pas assez d'informations et ont été trouver les FDS au niveau local, qui ont proposé de les aider à enquêter sur cet incident. Finalement, un point de presse a été organisé pour condamner cet incident et l'insécurité à Goudomp. « Ces mesures que nous avons prises, nous avons pu le faire grâce à la dynamique établie au cours du dialogue. Aucune des deux parties n'a réagi sans information », a déclaré M. Sao.

M. Mané a également constaté des changements importants. « De plus en plus de personnes viennent me voir avec des informations [sur les questions de sécurité]. C'est très important car mon travail consiste à recueillir ces informations... Je suis reconnaissant de ce processus du JSD ».

Alors que la suite prévue du dialogue de mars a été retardée en raison de problèmes de santé, l'USIP et le DPC ont été en contact permanent avec les participants, leur apportant du soutien et les conseillant sur l'épidémie du coronavirus par le biais de WhatsApp et d'autres plateformes virtuelles. « Des étapes importantes restent à franchir dans ce processus », a déclaré M. Ndiaye, « mais nous voyons des opportunités de sécuriser davantage la communauté et de maintenir cet élan vers la collaboration ». Ceux qui ont participé au premier dialogue ont clairement indiqué qu'ils souhaitaient qu'ils se poursuivent également. « Il y a une bonne communication, mais aucun système en place », a déclaré le Maire Cissé. « Cela a déjà été mentionné auparavant et ça pourrait être une bonne chose que l'USIP et le DPC pourraient soutenir ».

Related Publications

Group Cohesion and Peace Processes

Group Cohesion and Peace Processes

Tuesday, September 12, 2017

By: Cale Salih; Stephen Gray

Drawing on a wide range of cases, including Burma, Colombia, Senegal, and Uganda, this Peace Brief discusses the internal cohesion of nonstate armed groups, explains how weak cohesion can undermine a peace process, and offers various strategies that those supporting peace processes can deploy to mitigate such risks.

Type: Peace Brief

Peace Processes

Curbing the Next Wave of Radicals

Curbing the Next Wave of Radicals

Tuesday, June 6, 2017

By: Carla Koppell

A seaside suburb of Dakar, Senegal’s capital, Guédiawaye boasts a new coastal highway, large stadiums for wrestling and soccer, and new urban parks that even have marshes to manage periodic flooding. By all appearances, it is a growing, productive community. Yet underneath, the city struggles with high crime rates, environmental degradation, extreme poverty, unemployment and a disturbing growth in the number of suspected extremists.

Type: In the Field

Violent Extremism; Mediation, Negotiation & Dialogue; Democracy & Governance

U.S. Africa Summit Leaders Face Weighty Agenda for Continent

U.S. Africa Summit Leaders Face Weighty Agenda for Continent

Wednesday, July 23, 2014

By: Viola Gienger

President Barack Obama and African leaders attending the first U.S.-Africa Summit in Washington next month face an array of factors undermining the democratic development and economic growth achieved on the continent in recent decades, according to three former high-level U.S. officials on Africa who spoke at the U.S. Institute of Peace.

Type: Analysis and Commentary

Conflict Analysis & Prevention

View All Publications